Un visionnaire dans la construction des machines d'emballage

20 juil.

2016

Gerhard Schubert GmbH Verpackungsmaschinen fête son 50ème anniversaire en 2016.

Crailsheim – Gerhard Schubert GmbH est considérée comme un pionnier de la construction de machines d'emballage en Allemagne. Fondée en 1966, l'entreprise est rapidement devenue le leader reconnu du marché pour les machines d'emballage à commande numérique. Actuellement, le constructeur d'installations, dirigé par la deuxième génération, emploie environ 1 100 personnes. L'entreprise a conservé son esprit pionnier jusqu'à aujourd'hui : Schubert surprend régulièrement le marché avec de nouvelles technologies et solutions d'automatisation et établit régulièrement de nouvelles références dans la branche. Cette année, Schubert fête le 50ème anniversaire de la firme.

L'histoire de sa création remonte à la vision de Gerhard Schubert dans les années 60 et à son invention d'une machine d'emballage à principe modulaire. Il fonde son entreprise en 1966 et pose le premier jalon : la machine de formage et collage de boîtes (SKA) qui emballe les pains d'épices mondialement connus de la société de tradition Weiss, à Nuremberg. Dès les années suivantes, la jeune entreprise met au point la première machine d'emballage de conception modulaire SSB (machines spéciales Schubert à conception modulaire), destinée au remplissage et à la fermeture de boîtes en chargement vertical. Il prépare ainsi la voie pour les machines d'emballage les plus flexibles de la branche.

L'inventeur né à Crailsheim prouve de nouveau son esprit pionnier quand il réfléchit, dès les années 70, à la façon dont il pourrait utiliser la robotique pour atteindre une flexibilité maximale des processus d'emballage. Son idée de base est simple : la nature humaine doit servir de modèle parfait pour ses machines d'emballage. "Je voulais développer une machine conçue à l'image des principes humains : une partie mécanique simple, une intelligence élevée et la mise en œuvre d'outils. Nous avons donc construit nos machines selon ce modèle." En 1981, Schubert présente "ROBY", le premier robot d'emballage au monde, qui conditionne des chocolats. La grande percée des machines d'emballage à base de robots est atteinte avec le développement du robot pick-and-place SNC-F2, présenté en première mondiale au salon Interpack de 1987.

Lors du même salon, Schubert dévoile sa première ligne de conditionnement pour assortiments de chocolats : la "Speedline Schubert", dotée du premier robot Schubert de reconnaissance d'images. Schubert intègre à la firme la compétence technologique pour le traitement d'images en faisant venir des experts chargés de mettre sur pieds un département Recherche & Développement interne. Depuis, l'entreprise compte parmi les précurseurs également dans ce domaine et a récemment atteint de nouveaux sommets avec le début de la commercialisation de son scanner 3D.

Intelligence des machines et production interconnectée Gerhard Schubert voit le succès à long terme des robots d'emballage essentiellement dans le fait de compenser davantage de commande par moins de partie mécanique. Étant donné que dans les années 90, il n'existe pas de commande sur le marché pouvant remplir, selon lui, les fonctions de la construction de machines d'emballage, il développe sa commande lui-même. En 1996, l'entreprise commercialise la première machine équipée d'une commande intelligente. La commande de machines d'emballage VMS établit les bases d'une conception de machine simple avec un nombre réduit de parties mécaniques, qui a abouti au développement des sous-ensembles modulaires d'aujourd'hui.

Les sept modules de base donnent actuellement une grande flexibilité à la conception des machines, en permettant de réunir toutes les fonctions telles qu'alimentation, mise en forme, remplissage, pose de couvercle/fermeture, étiquetage, marquage et palettisation. À côté de la commande VMS, les machines Schubert à chargement vertical (TLM) sont basées sur des robots à deux, trois et quatre axes, sur des systèmes de reconnaissance d'images ainsi que sur le composant standard commercialisé en dernier lieu, le robot de transport appelé "transmodule".

"Notre objectif est de combiner un logiciel intelligent et une partie mécanique réduite, tout en continuant d'augmenter la flexibilité", explique Ralf Schubert, aux commande de l'entreprise depuis 2012 avec son père Gerhard et son frère Gerald Schubert, ainsi que Peter Gabriel. Fidèle à ce principe, Schubert présente au salon Interpack de 2014 la première machine d'emballage sans armoire électrique qui atteint de nouveaux records en termes d'efficience de l'installation et de disponibilité. "Nous nous considérons toujours comme des pionniers dans la construction de machines d'emballage et continuerons à l'avenir d'établir des références dans notre branche. Cette année également, la branche peut attendre de nous des innovations prometteuses", résume Gerald Schubert.

Pour l'avenir également, l'entreprise s'est fixée des objectifs ambitieux : d'ici à 2020, la firme souhaite augmenter la production annuelle de sous-ensembles de 650 actuellement à 1 000 unités. De même, Schubert vise à raccourcir nettement ses délais de livraison au cours des prochaines années. "À l'avenir, nous voulons construire une machine en quelques heures", déclare Ralf Schubert. L'informaticien averti travaille donc actuellement à faire avancer le projet de mise au point d'un "jumeau numérique". Avec ce projet, les machines TLM pourront à l'avenir être simulées au préalable dans un modèle en 3D, ce qui permettra un gain de temps considérable jusqu'à la mise en service de la machine réelle. Au cours des prochaines années, les délais de livraison vont être réduits plus que de moitié.

Retour